| Travailleur indépendant : les 12 erreurs que vous ne ferez plus
282
page-template-default,page,page-id-282,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-10.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Travailleur indépendant : les 12 erreurs que vous ne ferez plus

Je trouvais que l’article Les 30 fautes les plus fréquentes au travail… et comment les éviter, de capital.fr, axé sur les fautes du manager face à ses équipes, pouvait tout à fait s’appliquer aux travailleurs indépendants. J’ai décidé de l’adapter.

Pas facile de savoir comment se comporter quand la plupart des relations sont virtuelles ! Vous êtes chez vous et vos contacts se font par l’intermédiaire d’un écran. Pourtant, ces relations sont bien RÉELLES ! Il ne faut pas les négliger.

  1. Communiquer exclusivement par e-mail

L’e-mail à outrance crée une relation impersonnelle : difficile de faire passer votre sensibilité et votre créativité avec ce seul moyen de communication. Sans parler du fait qu’il crée parfois des malentendus et des discussions interminables, pouvant nuire à votre crédibilité. À vous de décider si le coup de téléphone, le briefing en face à face ou le déjeuner clientèle est le mieux adapté à la situation. Mieux vaut jongler entre toutes ces possibilités et votre interlocuteur vous connaitra beaucoup mieux qu’à travers vos courriels ! Vous avez tout à y gagner.

  1. Se montrer trop bavard

Nul besoin de perdre votre temps à polémiquer ou casser du sucre sur vos confrères (que vous voyez sans doute comme des concurrents, d’ailleurs). Inutile d’essayer de plomber la réputation d’une agence qui vous a déplu, utilisez plutôt votre temps et votre énergie à valoriser votre travail et à conserver vos clients !

  1. Piquer ses idées à un confrère

Au contraire, reconnaissez plutôt le travail des autres s’il vous a plu, ce sera tout à votre honneur.

  1. Réagir à chaud

L’impulsion est toujours mauvaise conseillère. Sous le coup de la colère, vos mots pourraient dépasser votre pensée et blesser. Un excès d’enthousiasme est tout aussi préjudiciable : une promesse irréaliste qu’il faudra revoir à la baisse ne manquera pas de décevoir. Retenez vos ardeurs et prenez toujours le temps de la réflexion avant une décision importante.
Source : capital.fr Marie-Madeleine Sève

  1. Reprendre de fond en comble le travail que l’on vous soumet

La tentation est forte. Tout le monde a eu envie un jour de remanier complètement un rapport ou une présentation selon son idée. Céder parfois à cette impulsion va décourager le collaborateur. Y céder souvent sera perçu comme du flicage. Pour juger de la qualité d’un travail, il faut s’attacher à l’essentiel et laisser les détails de côté. Et admettre qu’il n’y a pas qu’une seule façon de procéder ou de rédiger.
Source : capital.fr Marie-Madeleine Sève

  1. Aller droit au but quand on demande une information

En contactant quelqu’un, même si vous êtes pressé, ne zappez pas la petite phrase « Bonjour, tu vas/vous allez bien ? » même si c’est la fin de la journée. C’est un minimum quand on se contacte au quotidien et c’est plus agréable pour tout le monde. Cela parait évident, mais nombreux sont ceux qui s’adressent à leurs fournisseurs ou à leur clients de but en blanc (« Salut, tu peux me dire si… »). C’est efficace, certes, car personne ne perd de temps. Mais une phrase un poil plus bienveillante ne prend pas plus de temps et assure une relation agréable et pérenne ! Ne préférez-vous pas vous adresser aux personnes qui ont gardé cette habitude plutôt qu’à celles qui se croient les seules à être très occupées ?

  1. Refuser de déléguer

Oubliez le dicton « on n’est jamais mieux servi que par soi-même ». Acceptez que vous ne pouvez pas être partout, que vous ne pouvez pas tout faire. Et surtout, identifiez les domaines dans lesquels vous excellez et restez-y. C’est là que l’on a besoin de vous et là que vous réussissez. Déléguez les autres tâches à ceux qui excellent en la matière et profitez de leur expertise. Ce sera une marque de confiance, qu’ils vous rendront à leur tour.

  1. Prétendre (ou pire : croire) que l’on sait tout

Oui, vous êtes seul aux commandes. Oui, les décisions ne tiennent qu’à vous. Mais rien ne vous empêche de demander conseil autour de vous ou de vous accorder le temps de la réflexion, de faire de la veille ou de vous documenter. Vous affûterez ainsi vos connaissances et adopterez un point de vue plus objectif. Croire que vous savez, sans prendre la peine de vérifier vos intuitions pourra parfois vous jouer des tours.

  1. Ne pas entretenir ses réseaux personnels

Concentré sur votre travail et votre réseau pro, enfermé dans votre bureau toute la journée, vous délaissez vos amis, vos connaissances et vos collègues du squasch. Mais peut-être ont-ils eux aussi besoin de vos services ou de vos conseils et peut-être sont-ils très bien placés pour vous recommander.

  1. Se fixer des objectifs irréalisables

Votre objectif principal est certainement une très bonne idée. Mais il est sûrement trop gros, trop lointain ou trop vague (« je veux atteindre 500 000 € de CA »). Pour y parvenir, fixez-vous d’abord pour objectif les étapes intermédiaires (« Pour augmenter mon CA, je vais diversifier mon offre / me faire connaitre / m’adresser à un groupe cible différent / définir ma valeur ajoutée »). En passant par les bonnes étapes vous devriez y parvenir !

  1. Ignorer les remarques

Le point de vue de vos confrères, de vos clients, voire de vos fournisseurs ne peut être que bénéfique (même quand il est négatif !). Si l’un d’eux est épaté par un élément de votre personnalité ou de votre prestation, bingo : mettez cet atout en avant dans votre communication. Si au contraire, il se dit insatisfait, c’est une super opportunité pour améliorer les points en question et communiquer ensuite sur les nouveautés mises en place !

  1. Aggraver les choses en ne faisant rien

Vous avez commis l’une des erreurs précédentes? Rien de grave, c’est forcément rattrapable. La pire chose est justement de ne rien changer. Vous avez déjà bien avancé en prenant conscience de ces erreurs, il ne vous reste plus qu’à continuer votre route en prenant soin de ne pas les répéter.

Bonne chance !

Quelles autres erreurs vous paraissent impardonnables pour le développement de votre activité ? N’hésitez pas à nous en faire part !

Voir les autres billets >>

Partagez le contenu qui vous a plu !