| Quel est le féminin de « chef » et de « directeur financier » ?
619
page-template-default,page,page-id-619,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-10.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Quel est le féminin de « chef » et de « directeur financier » ?

Sauriez-vous donner le féminin de « directeur financier », « chef », « recteur », « chercheur »…

Eh bien non. Un constat : à chaque tentative (citons par exemple la tentative de Benoîte Groult, présidente de la Commission de terminologie pour la  féminisation des noms de métiers en 1984, ou encore la tentative de Lionel Jospin en  1999 avec la préface de « Femme, j’écris ton nom », ou encore la tentative de Maryse Le Moël en 1998 quand elle demandait l’introduction de l’appellation ‘conseillère’ au sein du Conseil de Paris) et bien à chaque tentative, l’Académie française use d’un seul argument : certaines formes de féminin sont des barbarismes et portent atteinte au génie même de la langue française.

Ces formes qui risquent de dévoyer la langue, selon l’Académie française, sont notamment professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, chercheure…

D’ailleurs, sachez qu’à quelques kilomètres de chez nous (si vous êtes en France), un pays frontalier a déjà féminisé des mots, à commencer par le mot « chef », où il est devenu « cheffe ». Ce pays, c’est la Suisse.

J’admets que vous puissiez trouver ces mots bizarres, laids, tout ce que vous voudrez.

Mais ne croyez-vous pas que c’est uniquement parce qu’ils bousculent vos habitudes ?

Doit-on rappeler qu’avant 1935, les mots aviatrice, factrice, bûcheronne, compositrice, exploratrice, postière, pharmacienne, artisane, éditrice et avocate n’existaient pas ? À ce moment-là, ils devaient aussi faire l’effet de barbarismes. Aujourd’hui, ils sont incontournables et vous ne les trouvez pas bizarres.

Alors, ne peut-on pas passer à l’étape suivante et accepter, dans les mentalités comme au travers de la langue française, que des postes à responsabilités, des postes scientifiques et de hautes fonctions (chercheur, directeur financier, procureur…) puissent aussi êtres occupés par des femmes ?

L’avancée des droits des femmes passe aussi par le vocable.

 

Source des infos : http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/21/ce-que-les-femmes-doivent-a-la-feministe-benoite-groult-morte-c/?utm_hp_ref=fr-feminisme

Partagez le contenu qui vous a plu !